La ferme BIGH | Carrefour

Nous vous conseillons d’utiliser un autre navigateur

Pour une expérience optimale de notre site web, nous vous invitons à utiliser l'un des navigateurs proposé ci-dessous. Vous ne disposez d'aucun de ces navigateurs? Télécharger alors gratuitement Google Chrome.


Télécharger Chrome

La ferme BIGH

La ferme urbaine BIGH vous offre ses produits durables

Des légumes et des herbes aromatiques cultivées en pleine ville ? Des truites élevées sur un toit bruxellois ? C’est BIGH, une ferme urbaine dédiée à l’alimentation durable, sur le site des abattoirs d’Anderlecht. Un concept révolutionnaire qui a, dès le début, séduit Carrefour. Mais concrètement, ça fonctionne comment ?

 

C’est quoi, BIGH ?

La ferme BIGH (Building Integrated GreenHouses), c’est une ferme aquaponique, imaginée par Steven Beckers. Située au cœur de la capitale, sur le toit du Foodmet, une halle alimentaire qui fait partie du célèbre site des Abattoirs d’Anderlecht, elle a pour objectif de développer l’agriculture dans les villes de façon durable.

Steven Beckers
Steven Beckers

Steven est le fondateur de la ferme BIGH. C’est aussi un architecte visionnaire. Épaulé par une solide équipe qui partage sa passion, il développe l’agriculture durable en ville.

L’aquaponie, c’est quoi ?

Le pilier de cette ferme innovante, c’est l’aquaponie, un concept d’élevage de poissons dans un circuit fermé extrêmement économe en eau où les poissons et les plantes sont reliés par un filtre biologique. Les déjections des poissons sont transformées en nitrates qui sont utilisés comme engrais naturels directement absorbés par les racines des plantes. C’est donc une parfaite combinaison de la culture et de la pisciculture, ce qui permet de réduire considérablement la consommation d’eau et d’engrais. Rien ne se perd, tout se transforme…

La ferme BIGH

Innovation et durabilité

Cet écosystème naturel de filtration et de fertilisation n’utilise aucun antibiotique ni pesticide. Dans les serres, BIGH privilégie des méthodes de pollinisation biologiques via des bourdons et fait intervenir des antiparasitaires naturels comme des insectes auxiliaires pour lutter contre les insectes nuisibles. Là aussi, pas question d’utiliser le moindre produit chimique ou pesticide. Quant à l’eau de pluie, elle est récupérée et vient compléter l’eau des poissons tandis que l’énergie perdue par le marché couvert situé en dessous est récupérée pour chauffer les serres. Enfin, ce mode de production favorise un circuit court qui permet de proposer des herbes et des légumes ultra-frais. Emballés le soir, vous les trouverez au rayon « producteurs locaux » le lendemain matin, dans les Carrefour de la région bruxelloise et dans un rayon de 40 km.

La ferme BIGH

Récupération de l’énergie perdue par le bâtiment

Culture en circuit fermé zéro déchet

Recyclage de l’eau de pluie

Production locale en circuits courts

Exploitation de l’énergie solaire

En région bruxelloise

Les produits fabriqués chez BIGH

Basilic ou basilic pistou, coriandre, persil frisé ou persil plat, menthe, thym, sauge, ciboulette, tomates cerises, tomates tomberries (les plus petites tomates du monde), aubergines, mini-poivrons et piments… Tous ces produits sont cultivés avec passion sous les serres bruxelloises. Et dans un souci de lutte contre le gaspillage alimentaire et la réduction des déchets, BIGH veille à transformer les surplus ou déchets issus de la production en différents types de tapenades.

La ferme BIGH

La ferme BIGH

« Aujourd’hui, nous livrons environ 25 Carrefour dans et aux alentours de Bruxelles, principalement en plantes aromatiques mais aussi, lorsque c’est la saison, en tomates. Cette collaboration régulière est très importante pour nous. C’est un véritable soutien pour la pérennité de notre projet. »

- Jens De Laet, Responsable ventes et marketing à la ferme BIGH