Patate douce belge | Carrefour

Patate douce belge

Patates douces belges Filière Qualité Carrefour

La patate douce se retrouve de plus en plus souvent dans nos assiettes. Et pour cause : c’est un légume polyvalent qui est à son apogée en automne et en hiver. Les patates douces Filière Qualité Carrefour sont non seulement une délicieuse alternative à la pomme de terre classique, mais elles sont aussi 100 % belges ! Grâce à la Filière Qualité Carrefour, vous profitez des saveurs uniques de patates douces cultivées chez nous, de manière artisanale.

Megan Berben, cultive des patates douces pour la Filière Qualité Carrefour
Megan Berben
Cultive des patates douces pour la Filière Qualité Carrefour

« Je suis fière de la qualité de ces patates douces, sélectionnées pour leur bon goût sucré. »

Des patates douces belges, cultivées dans le Limbourg

En 2020, la famille Berben a cherché une nouvelle culture nécessitant peu d’eau et adaptée à des températures plus élevées. « Nos étés sont en effet beaucoup plus chauds et secs qu’avant. La patate douce est une culture tropicale qui se développe bien dans de telles conditions météorologiques », explique Megan. Car malgré son nom, la patate douce ne vient pas de la même lignée que la pomme de terre telle que nous la connaissons en Belgique. Elle appartient à la famille des convolvulaceae, tandis que la pomme de terre commune appartient à la famille des solanacées.

Patate douce belge

Méthode artisanale

Alors que la culture de la pomme de terre est largement mécanisée, la situation est totalement différente pour la patate douce. « Selon les exigences de la Filière Qualité Carrefour, les plants que nous utilisons ne sont pas génétiquement modifiés. Nous les achetons sous forme de boutures, précise Megan. Nous les plantons à la main, ce qui représente environ 40 000 pièces par hectare. Un sacré travail ! »

Respect de l’environnement

« Nous emballons les boutures d’un film biodégradable qui permet de garder les plantes au chaud et qui empêche les mauvaises herbes de pousser. Nous n’avons donc pas besoin de pesticides ou d’herbicides. Les mauvaises herbes qui poussent entre les rangs sont enlevées à la main. La récolte se fait avec une machine. Ensuite, nous récupérons les patates douces à la main sur un tapis roulant. »

La guérison : étape importante

Le lavage et le tri des tubercules se font également manuellement. Vient ensuite la dernière étape importante, précise Megan : « Les patates douces sont entreposées dans une cellule dont la température oscille entre 25 et 30 °C pour « curer » ou « guérir ». La chaleur engendre une cicatrisation des petites blessures, ce qui rend nos patates douces plus sucrées et améliore leur conservation. »

Patate douce belge

Les avantages de la patate douce

  • Polyvalente : elle est délicieuse dans les plats sucrés comme salés. Vous pouvez la cuire, la frire, la rôtir, la faire mijoter...
  • Saine : un peu moins calorique que la pomme de terre, elle contient de la vitamine A, du bêta-carotène, de la vitamine B6, de la vitamine C, de l’acide folique, du calcium, du magnésium, du potassium et des fibres.
  • Longue durée de conservation : la patate douce se conserve jusqu’à un mois, dans un endroit sombre et frais, mais pas au réfrigérateur.

Le saviez-vous ?

Les patates douces sont en fait un épaississement de la racine de la plante.